L’histoire du soutien-gorge : Comment est-il arrivé jusqu’à nous ?

Dans la Grèce antique, 4oo ans avant Jésus Christ, il est surprenant d’apprendre que les jeunes filles et les femmes de cette époque se donnent beaucoup de mal  pour cacher leur féminité. En effet, la mode de l’époque basée sur les préférences des hommes Grecs de l’époque, était aux corps à formes androgyne. Les jeunes filles aux seins naissant les bandaient de façon à ce que leurs seins ne poussent pas ou qu’un minimum. Pas de soutien-gorge minimiseur à l’époque ! Elles en faisaient de même pour leurs hanches. Nous avons tous à l’esprit ces fameuses statuettes vêtues d’un linge en lin, et montrant une poitrine menue, presque d’homme.  Il en est quasiment de même pour les jeunes filles et jeunes femmes romaines de la même époque.  Sous leurs tuniques, leurs seins sont bandés de cuir. Certains médecins de  cette époque proposent même des solutions médicinales pour empêcher le développement des seins chez les jeunes filles !

Les mœurs ont bien changées aujourd’hui ou les formes du corps féminin dans le monde occidental est mis en valeur. On utilise la beauté féminine et donc toutes ses formes sous toutes les coutures ! Entre donc en jeu, le soutien-gorge, ainsi que bien d’autres articles de lingerie qui seront modernisé par la suite.

Mais qui donc a inventé le soutien-gorge ?

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que le soutien-gorge n’est pas Français d’origine mais… américain ! Il a certes probablement été inspiré du corset, qui lui est en effet Français et qui date du 16ieme siècle.

Plusieurs prototypes ont été ‘déposés’ aux Etats-Unis à partir du 19ième siècle.  Mais les modèles restèrent rigides et inconfortables jusqu’aux années 30, années durant lesquelles deux frères de la société Warner, mirent au point un soutien-gorge stretch à tissus extensible, avec différentes tailles de bonnets allant de A à D, dépendant de la grosseur de la poitrine de la personne qui les porterait. Ce modèle de soutien-gorge avait également des bretelles élastiques. Ce fut également la première fois que furent mises dans le commerce un soutien-gorge pas cher, accessible à plus de femmes.

Des évolutions du soutien-gorge apparaissent par la suite ; Dans les années 40, Howard Hugues crée un modèle de soutien-gorge à armatures,  sans bretelles qui donne une forme de seins pointus pour les besoins d’un film qui s’appellera The Outlaw. Dans les années 50, la société  Lejaby, récemment sauvée de la faillite et reconvertie,  présente le soutien-gorge pigeonnant. Dans les années 60 est né un grand classique du soutien-gorge, le modèle Cœur croisé de Playtex. Ce soutien-gorge était le premier soutien-gorge à avoir des armatures non métalliques.

Malheureusement, les femmes et la révolution sexuelle des années 1970,  essaient de bannir le soutien-gorge comme instrument de séduction. Le soutien-gorge selon les femmes libres et féministes doit être confortable, fonctionnel et détourné de toute fonction sexuelle ou séductrice. Oublions donc le soutien-gorge push-up!

Aujourd’hui le soutien-gorge a repris sa place au sein de notre société comme étant un objet à buts multiples. Il a bénéficié de nombreuses avancées technologiques et de ce fait, il se décline en plusieurs modèles selon l’utilité que l’on en fait : Soutien-gorge sexy, qui comme son nom l’indique existe à des fin de séduction, le soutien-gorge sport pour un maintien optimisé pendant le mouvement,  le soutien-gorge minimiseur pour tenir la poitrine au plus près du corps et pour qu’elle se voit moins, le soutien-gorge pigeonnant aussi appelé soutien-gorge à balcon qui soutient la poitrine par le dessous et qui donne un maximum de volume à la pulpe du sein pour le montrer, le soutien-gorge grande taille qui se fabrique en gros bonnets, à partir du bonnet D. N’oublions pas aussi  le soutien-gorge fille ado en bonnet A  (soutien-gorge petite taille) ou la brassière, Il existe même désormais un soutien-gorge adhésif et un soutien-gorge en silicone, mais leur utilité réelle reste à démontrer !